Bunimovich

billardA la suite des pressions « d’une minorité érigée en police de la pensée » pour reprendre la formule de Dominique Greiner dans l’éditorial de La Croix, Mgr Jean-Luc Brunin vient d’annuler l’intervention de la philosophe Fabienne Brugère qui devait avoir lieu demain lors de la session de formation des responsables de la pastorale familiale.

Le souci de l’unité doit donc prévaloir sur la nécessité du dialogue. Celui-ci serait donc une simple option puisque le dialogue ne serait nécessaire que s’il permet d’affermir un peu plus la cohésion du groupe. François Vercelletto a bien raison de juger cela « désespérant et affligeant. »

Au-delà de l’existence des groupes de pressions au sein de l’Église Catholique, il faut également prendre en compte un réflexe assez récent. Avant de se demander si une personne est compétente et pédagogue sur un sujet, la première question que trop souvent les catholiques se posent c’est de savoir si elle « de la famille ». Discuter oui, mais à condition d’être d’accord.

L’exemple qui me vient naturellement en tête c’est celui du Parvis des Gentils. L’objectif était justement de sortir de nos sacristies pour dialoguer avec « le monde ». Louable et nécessaire d’ailleurs, dans l’esprit même des nombreuses interventions du Pape Benoît XVI sur les rapports entre la Foi et la raison. Au final, des personnes passionnantes, érudites,… mais toutes du sérail. Pas un mot plus haut que l’autre.

Alors pour sauvegarder l’unité, quelques Évêques s’expriment mais sous couvert d’anonymat.

Il y a aussi une autre manière de faire pour faire entendre sa voix, c’est de ne rien dire mais de laisser s’exprimer un prêtre. Quand celui-ci est du diocèse du Président de la Conférence des Évêques de France et le fait sur le site du diocèse, difficile de ne pas faire un lien.

(…) Ce que je peux dire à titre personnel, c’est qu’il faut nous méfier des « influences de la rue », des « groupes de pression »,… qui s’efforcent de modeler une « Église » à leurs convenances, en lien avec leurs certitudes, soucieuse uniquement de leurs a priori… bref une Église qui serait réduite à être univoque. Or, affirmer l’unité de l’Église, c’est dire en même temps sa possible pluralité. La réflexion ne s’approfondit pas à coups d’interdits ou de menaces, de peurs … mais en se mettant à l’écoute du travail de l’Esprit qui n’est en rien un chantre de l’uniformité.

C’est dans le dialogue que chacun peut grandir. Ces lignes de Mgr Joseph Doré, dans son livre « A cause de Jésus » [p. 100] pourraient nous aider à mieux vivre cette croissance :  » Je crois qu’entrer authentiquement en dialogue, c’est accepter de faire le plus long chemin possible avec l’interlocuteur, jusqu’au point où l’on semble mettre le doigt sur la question qui se pose à l’un et à l’autre, jusqu’à ce point où il est clair qu’il s’agit de décider. Cela ne peut se produire si l’on déclare, avant toute discussion, quel est depuis toujours le vrai et qui a tort et qui a raison. Une discussion véritable permet d’identifier le plus précisément possible la question qui se pose, puis de s’éclairer mutuellement sur les possibilités d’y apporter effectivement réponse… avant qu’on puisse trancher en son âme et conscience, selon ce qu’on estime être juste et vrai, juste et bon.

Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de vérité. La vérité est à reconnaître, et aucunement à produire. La vérité se donne à connaître en une adhésion libre ; elle s’offre à une décision de notre part, et appelle à une responsabilité. C’est en ce sens que saint Jean affirme : La vérité vous rendra libres ».

C’est ce qui permettra à l’Église, comme nous y invite depuis un an, si souvent, le pape François, de sortir d’elle-même.

Pourquoi ne pas inviter une philosophe qui risque de déranger ? Père Jean-Luc Ragonneau s.j, 17 mars 2014

4 thoughts on “Bunimovich

  1. oui c’est un scandale !!
    malgré les phrases fortes de notre Pape les forces de pression continuent à agir
    à entraîner la peur
    la compétence n’a aucune reconnaissance même en étant pratiquant engagé en Eglise bénévole corvéable à merci!
    MERCI de ce mot
    la fondation Lejeune a entravé une parole vraie et posée avec huissier lors des assises de génétique de janvier 2014 pour que ne soit pas connu qu’une force de pression ( la fondation Lejeune )soit basée sur un mensonge alors que cela est connu de toute la communauté scientifique

  2. Tiens certains certains ont oublié les paroles de Jean-Paul II
    « N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ. À sa puissance salvatrice, ouvrez les frontières des états, des systèmes politiques et économiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation et du développement. N’ayez pas peur ! Le Christ sait ce qu’il y a dans l’homme ! Et lui seul le sait! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>